Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2017

Les nouveaux tours de magie

Les nouveaux tours de la magie ©André D

Jamais en France on avait vu autant de spectacles d’illusionnistes. Entre nouvelles technologies, nouveaux profils, nouvelle image, nouveaux moyens… la magie fait sa mue, sans oublier le show.

Il suffit de deux clics sur Internet, l'équivalent moderne du « coup de baguette magique », pour que les secrets de la magie soient révélés. La femme coupée en deux ? Deux femmes, un double fond et le tour est joué. Le mentalisme ? Quelques statistiques doublées d'une bonne dose de psychologie. L'incroyable disparition de la Statue de la Liberté orchestrée par David Copperfield ? Une scène pivotante, un jeu de lumières sophistiqué et voilà que la statue s'évanouit dans le ciel new-yorkais. Même Luc Langevin, l'illusionniste physicien, n'hésitait pas à dévoiler quelques clés de ses numéros dans son dernier spectacle au Casino de Paris. Mais si les magiciens eux-mêmes ne rechignent plus à révéler leurs secrets, que reste-t-il de la magie ? Et pourtant... L'art de l'illusion ne s'est jamais aussi bien porté. Rien qu'à Paris, des salles comme Bobino, les Folies Bergères, Pleyel, le Casino de Paris, le Grand Rex affichaient toutes cet hiver des spectacles d'illusionnistes. Sans oublier les tournées dans les Zéniths de province. TF1 diffusait en prime-time une émission dédiée à la jeune génération de magiciens ; une deuxième est en préparation. La preuve sans doute que la magie ne repose pas seulement sur ces secrets de grimoire jusque-là bien gardés. À l'ère d'Internet et des nouvelles technologies, l'art de l'illusion a poussé encore plus loin les frontières de la créativité et est devenu un spectacle mêlant imagination, technicité, esthétique et interprétation.

HOMMES NORMAUX, TRUCS TRIVIAUX

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/05/05/2084725_les-nouveaux-tours-de-la-magie-web-tete-0212033479658.jpg

Dani Lary, dans sa caverne d'Ali Baba, à Barbières près de Valence. Il est l'un des rares magiciens au monde à être à la fois créateur de tours et interprète ©Bruno Amsellem pour Les Echos Week-End

Depuis longtemps, la magie n'est plus associée aux pouvoirs surnaturels, et les premiers à l'avoir démystifiée sont les magiciens eux-mêmes. Au xixe siècle, Jean-Eugène Robert-Houdin est le premier à se débarrasser des artifices du sorcier pour s'habiller en tenue de ville et pratiquer la magie avec des objets du quotidien, lançant ainsi les bases de la magie moderne. Passionné de sciences physiques, il introduira l'électricité et l'électromagnétisme dans l'art de la prestidigitation. Quelques années plus tard, au tournant du xxesiècle, Houdini, le roi de l'évasion, s'attachera quant à lui à démystifier les pouvoirs du spiritisme en révélant certains trucs de mentalisme. Dans les années 90, c'est au tour de David Copperfield de débarquer avec son jean et son look d'homme normal à grands coups de disparitions/apparitions tout à fait hors normes. « À la fin des années 90, aux États-Unis, le Magicien Masqué avait commencé à expliquer les tours à la télévision. Tous les magiciens ont crié au scandale. Mais cela n'a pas coupé l'envie du public. Connaître le truc n'enlève rien au plaisir du tour », rappelle Benoît Grenier, scénariste et consultant pour David Copperfield. En effet, quand Luc Langevin rejoue au ralenti son numéro de téléportation pour mieux montrer le principe de détournement d'attention, il ne fait qu'attiser la curiosité du spectateur et l'effet est encore plus bluffant. De même, quand il entreprend de superposer une série d'objets, défiant, aux yeux du commun des mortels, toutes les lois de l'équilibre, il conclut par « voilà, c'est ce qu'on appelle en physique le principe de tenségrité, bien connu des architectes ». Malgré ce retour trivial à la réalité, il aura réussi à entraîner le spectateur dans un tableau des plus esthétiques.

Car, de l'avis général, la magie, c'est 95% de présentation pour seulement 5% de trucage. Bien que les tours soient un mélange de plus en plus sophistiqué d'illusions d'optique, de psychologie, de sciences physiques, de diversion ou de technologie, les principes de base sont loin d'être sorciers. « Le mécanisme du tour est souvent très simple et très décevant », confirme Benoît Grenier. Même constat pour l'as français de la magie Dani Lary. « Il est beaucoup plus difficile d'avoir l'idée d'un effet magique que d'en inventer le trucage. Le principe est à peu près toujours le même. Le reste n'est qu'imagination. »

Voilà sans doute pourquoi l'art de l'illusion n'a rien perdu de son pouvoir de fascination. Comme si, en risquant d'être dépossédée de ses secrets, la magie n'avait cessé de se réinventer pour être toujours plus spectaculaire. Si elle a évolué avec la technologie ­- certains magiciens usant de tablettes, enrôleurs, déclencheurs, imprimante de poche, robotique, électronique - rendant les tours de plus en plus sophistiqués, le principal moteur de son évolution reste la créativité. C'est désormais l'emballage, autrement dit l'illusion créée autour du numéro, qui fait le spectacle. Pour résumer, il ne s'agit pas tant de savoir faire disparaître un objet que de rendre cette disparition inédite et incroyable. « Aujourd'hui, pour se démarquer, soit il faut trouver un nouveau tour soit créer un emballage qui le fasse passer pour inédit », résume la magicienne Caroline Marx. « Avec la technologie, les spectateurs sont de plus en plus difficiles à surprendre, on doit être dix fois plus fort pour impressionner. On peut avoir un petit tour assez simple, mais c'est la mise en scène et l'émotion suscitée qui vont être extraordinaires », confirme le jeune Nantais Enzo, l'un des sept magiciens de la troupe The Illusionists. Une nouvelle exigence qui nécessite désormais bien plus qu'une baguette magique, un lapin et un chapeau. Dans la panoplie du magicien du xxie siècle, la mise en scène, les lumières, la musique, les décors, l'écriture, l'humour et l'interprétation font désormais partie intégrante du spectacle. Lequel devient parfois digne d'un grand show à l'américaine.

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/05/05/2084725_les-nouveaux-tours-de-la-magie-web-tete-0212038751736.jpg

Luc Langevin crée l'illusion en jouant des lois de la physique... Bluffant pour les profanes, facile pour ce diplômé de biophotonique ©OKI spectacles/Éric Myre

L'ÈRE DES SUPERPRODUCTIONS

Dani Lary se définit comme le « Jean-Jacques Goldman de la magie ». Il est l'un des seuls au monde à concevoir un tour dans son intégralité, de l'idée originale au produit fini. Il est aussi l'un des seuls magiciens à être à la fois créateur de tours et interprète. Son atelier, installé dans une ancienne usine de 5 000 m2 près de Valence, est une véritable petite entreprise dans laquelle travaille une équipe de treize personnes (jusqu'à 50 pour les grands shows). Dans cette caverne d'Ali Baba, sont entreposés fusées, hélicoptères, voitures volantes et plus de 2 000 costumes. Sur le parking, quatre semi-remorques à son effigie sont stationnés en permanence. Quand il ne crée pas pour ses spectacles ou pour ses passages au « Plus Grand Cabaret du monde », il conçoit des effets magiques pour les shows de Johnny Hallyday, Christophe ou encore Lorie. En trente ans de carrière, il a créé plus de 400 tours, dont une bonne centaine a été vendue à d'autres magiciens, du duo Siegfried & Roy à Las Vegas à la jeune génération. Au patrimoine magique de Dani Lary, il y a le « Gloup », une évasion inédite d'un aquarium, « un tour qu'aucun magicien n'a jamais décrypté ». « Le "Gloup", j'aurais pu le vendre à 1 million d'euros en exclusivité mondiale. Mais j'ai préféré le garder pour mon fils, qui veut devenir magicien. »

À voir cet atelier digne d'un studio de cinéma, on comprend vite que l'illusionnisme a changé d'échelle, qu'il ne s'agit plus de faire apparaître une colombe mais bel et bien une voiture, un piano ou un hélicoptère. Une ambition qui a néanmoins un prix : en moyenne 30 000 euros pour concevoir un tour. Le spectacle de Dani Lary, « La Clé des mystères », a coûté autour de 1,5 million. La grande illusion est techniquement compliquée et coûteuse à produire. « Il faut des producteurs avec des gros moyens. Et vu la mauvaise image qu'on avait de la magie, personne n'osait trop se lancer », rappelle Enzo. Heureusement, depuis quelques années, la magie a bénéficié du phénomène « Harry Potter » et surtout de la sortie en 2013 et 2016 des blockbusters Les Insaisissables 1 et 2, montrant une bande de jeunes braqueurs magiciens. Longtemps perçue comme un peu vieillotte, voire ringarde pour certains, la magie est devenue cool. « Ce film a largement contribué à populariser et moderniser la magie. Il a inspiré des émissions de télévision, il a touché un public plus large, apporté un nouveau regard. Cela a rempli les salles, et donc rassuré les producteurs », analyse Enzo.

Ce nouvel élan n'a pas échappé à Pascal Bernardin, vieux loup de la production musicale, à la tête des shows parisiens de Michael Jackson, Supertramp ou encore Madonna. Cette année, il était derrière la production aux Folies Bergères de The Illusionnists, une sorte de boys band regroupant sept magiciens venus du monde entier. « J'ai produit beaucoup de concerts de rock. J'adore les grands événements. Quand j'ai vu The Illusionists aux États-Unis, j'ai adoré le côté écrans digitaux, musique live et mise en scène incroyable. Comme pour le rock'n'roll, en magie, il faut du décorum, du bruit, de la musique ! Pour faire rêver, il faut de l'amplitude. »


 

 

QUAND LA MAGIE SE FAIT ART

 

Comme le cirque a vu naître le courant du « nouveau cirque », la magie a vu éclore celui de la « magie nouvelle ». Initié par Raphaël Navarro et Clément Debailleul, scénographes, jongleurs et magiciens, au début des années 2000, il s'est donné comme objectif d'exploiter le potentiel artistique et poétique des arts magiques et de créer un langage artistique à part entière à la recherche permanente de l'esthétique. La discipline mêle ainsi illusion et performance artistique. On retrouve des manipulations d'objets, des accessoires volants, des effets d'optique, un travail sur les lumières, les couleurs, les textures... Ensemble, Raphaël Navarro et Clément Debailleul, épaulés par Valentine Losseau, ont créé en 2000 la compagnie 14:20. Basée à Rouen, elle rassemble une trentaine d'artistes. Une trentaine de compagnies de magie nouvelle ont émergé en France et une soixantaine dans le monde.

 

 

DE NOUVEAUX PROFILS TRÈS DIFFÉRENTS

image: https://www.lesechos.fr/medias/2017/05/05/2084725_les-nouveaux-tours-de-la-magie-web-tete-0212038751769.jpg

Enzo, jeune Nantais notamment membre de la troupe The Illusionists, qui mise sur la technologie et la musique live pour des shows spectaculaires ©Pauce

À Paris, The Illusionists ont vendu 25 000 billets en trois semaines, pas assez au goût de Pascal Bernardin, qui n'a pas dit son dernier mot. « Cette année, on était surtout là pour se faire connaître. L'an prochain, on reviendra au Palais des Congrès. Pour la grande magie, il faut des grandes salles. » Les Américains, leaders mondiaux de l'illusion, le savent bien. À Las Vegas, le temple absolu de la grande illusion, les scènes sont conçues sur mesure pour le spectacle et les moyens sont démesurés. La moindre émission de télévision réunit des dizaines de millions de spectateurs. David Copperfield, lui, a vendu plus de 3 millions de billets ! Il faut dire que, depuis longtemps, les Anglo-Saxons portent un autre regard sur la magie. La France a les plus grands créateurs, le plus bel héritage, la plus grande bibliographie... c'est maintenant le regard du public qui doit évoluer.

Toutefois, ce regard change à mesure que la magie elle-même évolue. « Tout est différent depuis Internet. La magie était un univers très fermé. Il était très compliqué d'accéder aux informations. Aujourd'hui, tout le monde peut apprendre la magie en ligne. On se retrouve ainsi avec une nouvelle génération de magiciens aux profils très différents », souligne Benoît Grenier, avant de poursuivre : « Aujourd'hui, les magiciens qui réussissent sont ceux qui ont leur propre univers et leur propre personnalité. » Tout comme Copperfield a introduit le storytelling dans les spectacles, ou Dani Lary le théâtre, la nouvelle génération débarque également avec son lot de spécificités. Éric Antoine a misé sur l'humour, Kamel sur la tchatche, Luc Langevin sur la science (il est diplômé de biophotonique), quant à Caroline Marx, l'une des rares femmes dans cet univers d'hommes, elle profite sans complexe de son monopole féminin. Autrefois, le parcours était souvent le même : une vocation suscitée par une boîte à magie, des entraînements en autodidacte, des concours, des débuts dans des petites salles... Aujourd'hui, les apprentis magiciens ont Internet pour initiation et les émissions de télévision pour rampe de lancement. D'où l'importance accordée à la personnalité et à l'interprétation de chacun. D'ailleurs, peu d'entre eux passent par des écoles de magie - quasi inexistantes -, optant plutôt pour des cours de théâtre ou d'arts du spectacle.

L'art de l'illusion n'a pas fini de s'ancrer dans la modernité. « Dans l'avenir, la réalité augmentée va nous permettre d'aller encore plus loin avec des tours immersifs. Les spectateurs vont être de plus en plus impliqués », avance Enzo. Tandis qu'il se prépare pour l'émission américaine « America's Got Talent », il travaille à son prochain tour : une lévitation la plus incompréhensible qui soit, sans fil ni accroche et complètement éclairée. Mais, en bon magicien, il n'en dira pas plus. Fallait pas rêver, la magie veille encore sur ses secrets.


 

 

À CHACUN SON STYLE

 

Magie de scène :

 

Les tours sont réalisés dans une salle de spectacle. Il s'agit souvent de « grandes illusions » telles que des lévitations ou des apparitions-disparitions. Peu d'amateurs pratiquent ce genre de magie, qui demande du matériel très coûteux. C'est la spécialité de David Copperfield (photo), Siegfried & Roy, Dani Lary ou Enzo.

 

Close-up :

 

Le close-up s'adresse à un public restreint et utilise généralement des cartes, pièces, foulards... Souvent assis à table, le prestidigitateur officie à quelques centimètres seulement des yeux des spectateurs. C'est souvent par ce type de magie que le débutant s'initie. Dai Vernon en fut une grande figure, David Stone la pratique aujourd'hui.

 

Street magie :

 

Le magicien va à la rencontre des passants et réalise des tours avec des objets de la vie courante. Le contexte favorisant le côté impromptu des représentations, les tours présentés sont généralement rapides et bluffants. Kamel, Dynamo ou David Blaine figurent parmi les experts.

 

Mentalisme :

 

Cette discipline met en oeuvre un ensemble de techniques liées à la psychologie : le mentaliste crée l'illusion de contrôler l'esprit des gens en utilisant la programmation neurolinguistique, la mnémotechnie, le calcul rapide, la suggestion... Sur ce créneau, on trouve Derren Brown, Laurent Tesla ou Uri Geller.

 

Escapologie :

 

Cet art de l'évasion consiste à se libérer dans des conditions réputées impossibles. Le magicien peut être enchaîné dans une cage plongée dans l'eau, prisonnier d'une camisole de force... Le célèbre Harry Houdini fut le maître incontesté de la discipline. Criss Angel a repris le flambeau.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/week-end/culture/spectacles/0212035121128-les-nouveaux-tours-de-la-magie-2084725.php#wWKw6dsPpVesW6F9.99

03/04/2015

Dani Lary porte parole des illusionnistes ! selon le petit niçois

DSC_3301.JPG

Lire la suite

30/03/2015

Dani dans la presse féminine MARIE FRANCE AVRIL 2015

Dani Marie France du mois d'Avril, la presse féminine fait un point sur les magiciens du moments .... dont Dani ! Youpi !!!!

Lire la suite

22/03/2014

Dani Lary dans le courrier Picard

Capture d’écran 2014-03-22 à 15.36.41.jpg

27/02/2014

Dani Lary Magicien à 8 ans ... La voix du Nord

image001 2.jpg

25/02/2014

Dani Lary en tournée !

Avec la tournée qui commence, plus une minute à moi ! 

Dani dans un rythme effreiné enchaine la tournée, le tournage des télés, les promos radio, les promos télé, les articles de journaux ....

Alors en vrac, je vous livre tout ça.

La UNE  du magazine télé  du REPUBLICAIN LORRAIN

1926916_10152034310503533_1977390888_n.jpg

... rien que ça !

Un article dans FEMME ACTUELLE

image002.JPG

Les déplacements de studio en studio en taxi moto

1796704_10152239674798281_450201826_n.jpg

Je découvre les affiches de mon frère dans le métro ! ... ça fait drôle !!!

1901767_10152025341353533_394130322_n.jpg

1656344_10152025341523533_1554398038_n.jpg

Des invitations pour le Galaxie d' Amneville ...

1901216_463811407074003_439500062_n.jpg

Demandez le programme ! voici encore la liste des salles où Retro Temporis va passer 

1780851_1467781236778421_858189329_n.jpg

Des articles dans les journaux, recueillis tout au long de la tournée :

1661845_1459189767637568_655035917_n.jpg

Retour vers le futur ...

1782016_1459189740970904_140917748_n.jpg

Toute une vie pour ce spectacle ...

1487964_1452908954932316_1643120400_o.jpg

13/01/2013

Dani Lary tournée Nancy, l'article

image001.gif

Dani Lary, tournée Amneville et Nancy

Unknown.jpeg

10/01/2013

les dernières parutions de Dani Lary

image001.jpg

image003.gif

image004.gif

image002.gif

10/12/2012

Dani Lary dans Femme actuelle de la semaine

Parce que Dani Lary est un spectacle tout public,

Parce que Dani Lary est un spectacle qui honore les femmes,

Il était normal que Dani passe dans un journal féminin et familial !

Et c'est chose faite dans : FEMME ACTUELLE 

 

FEMME ACTUELLE_10déc2012 2.jpg


dani lary, magicien, magic